EACH MONTH RECEIVE THE LATEST NEWS FROM LE MARAIS
Newsletter
SUBSCRIBE TO PARISMARAIS NEWSLETTER

RESEAUX SOCIAUX

 

Facebook

Les clefs d'Or

Les Anges du MaraisLes Anges du Marais

De l'ange Gabriel à l'ange de la mort

Traduit du livre de Rosemary Flannery "Angels of Paris", par Arnaud Sellier.
 
Les Anges du Musée Carnavalet, 23 rue de Sévigné 75004 

 A la recherche des anges à travers une promenade d'histoire et d'architecture dans le Marais et les décors de quelques hotels particuliers et édifices religieux. 
A travers notre ballade, certains anges se révèleront sur les facades d'hotels ou d'églises, d'autres devront être dénichés dans le détail d'un tableau, d'un retable ou d'un bas reliefs, d'autres encore devront être retrouvé dans notre imaginaire car ils auront été sacrifié sur l'autel de la passion ou de la haine à travers les soubresauts de l'Histoire car trop chargés de symboles....
 
Débutons notre péricle par Saint Denys du Saint Sacrement, 68 bis rue de Turenne, construit dans le style des basiliques romaines, à l'exemple de la plupart des eglises elevées sous la Restauration, à l'instar de Saint Philippe du Roule. Vous découvrirez le tableau "La déposition de croix" d'Eugène Delacroix ainsi que deux peintures murales représentant Jésus Christ et la Vierge entourés d'anges, à proximité de l'autel. En ressortant, vous pourrez également admirer de beaux hotels, dont certains donnent directement sur rue (tel que l'hotel Voysin par exemple ou l'Hotel de Manneville...).
 
Poursuivant notre ballade, la Chapelle Saint Elisabeth, 195 rue du Temple, consacrée en 1646 par le futur cardinal de Retz, présente un riche décor iconographique. De belles peintures du 19ème cotoient des panneaux sculptés du 16ème représentant des scènes de l'Ancien et du Nouveau testament. Une profusion d'anges, d'archanges dont le fameux archange Gabriel, orne le déambulatoire. Admirez les fresques récemment restaurées, en particulier celles figurant la Vierge et le Christ sous la lumière bienfaisante de l'ange annonciateur. L'archange Gabriel, en aplomb de la Vierge implorante, semble littéralement se détacher du bas-relief.
 
Saint Nicolas des Champs, 254 rue Saint Martin, fut reconstruit au 15ème siècle sur l'emplacement d'une eglise de style gothique flamboyant. Les amateurs d'angelots, anges, et chérubins ailés seront particulièrement servis. Cette église heberge le seul grand retable parisien demeuré in situ malgré la tourmente révolutionnaire. Il est l'unique témoin des somptueux décors d'autels parisiens sous Louis XIII. La création d'autels est reprise également dans certains hotels particuliers du Marais, dont la décoration s'inspire en partie de l'iconographie mytholologique, voir religieuse, où anges et archanges étaient à l'honneur.
 
En continuant votre route, rejoignez la Cathédrale arménienne Sainte Croix Saint Jean, située 6 bis rue Charlot. Elle faisait partie avant la Révolution du couvent des Capucins: Blottie au coeur de la rue Charlot, à proximité de somptueux hotels particuliers, dont l'hotel de Retz ou l'hotel de Aubert de Fontenay (dit Hotel salé), cette petite chapelle contient des chefs-d'oeuvres de l'art religieux: Ne manquez pas la statue de Saint François en extase et le cycle des tableaux de Frère Luc (17ème) figurant Saint Fançois et les anges provenant des Recollets. Dédiée à l'Immaculée conception, cette cathédrale fut longtemps ornée de tableaux de Laurent de La Hyre, dont "l'Adoration des bergers" sous une pluie d'anges (musée de Rouen) et d'un "Saint François" brossé par Michel Corneille.

Anges dans la rue de Bretagne.

A proximité immédiate, rendez vous au 1 rue de la Perle afin d'admirer la facade de l'hotel de Libéral Bruant, illustrant la splendeur de l'époque de Louis XIV. Libéral Bruant, génial architecte, fut choisi par le Roi  pour prendre en charge de nombreux projets architecturaux d'envergure dont celui de la Chapelle de la Salpétrière, de la Basilique Sainte Victoire ou des Invalides. Il était un ardent defenseur du style classique français, fondé sur le principe de l'harmonie et de la symétrie. Sur la facade de l'Hotel, vous remarquerez le fronton percé d'un oeil-de-boeuf (occulus) et entouré de deux anges (ou amours) tenant des cornes d'abondance et des guirlandes de feuilles.  

Angelots et cornes d'abondance sur le fronton de l'hôtel de Libéral Bruant. 

Avant de pourvuivre plus avant notre parcours, rendez vous dans le quadrilatère des archives et admirez les facades de l'hotel de Soubise et de l'hotel de Rohan. 

Vous y découvrirez des bas-reliefs figurant des anges - cherubins ailés de Robert Le Lorrain. L'atelier de l'artiste était situé rue Meslay. Après avoir travaillé à Rome pendant près de 6 années, il reçut, de retour à Paris, de nombreuses commandes de la part de commanditaires privés (hotel particulier) ou religieux pour réaliser des figures mythologiques, anges, et saints en tout genre. 

Les anges de l'hotel de Soubise illustrent la touche "baroque" de l'artiste à son retour d'Italie. La facade l'hotel de Rohan emprunte d'un grand classicisme, est égayée par des sculptures d'anges et chérubins ailés, symbolisant la science et les arts et par des allégories figurant les 4 saisons. 

Un petit détour au 45 rue des archives (Hotel de La Mercy) vous permettra d'admirer un curieux cadran solaire figurant un ange de la mort sur la facade d'un batiment, à l'origine crée en 1218, pendant les croisades, par un ordre catholique romain, fermé pendant la révolution pour devenir une prison. Ce lieu accueillait, pendant la Terreur révolutionnaire, les condamnés à mort qui attendaient leur exécution. Un frisson vous saisit, un ange passe, l'archange Gabriel peut-être et son annonciation... 

Un peu plus loin, au 24 rue des archives, vous découvrerez le Cloitre des billettes, dont les origines remontent au 13ème siècle. La facade  est de style flamboyant. C'est la seul du moyen-age conservé à Paris. Plusieurs clés de voutes sont sculptées et représentent des anges portant écussons, dans la tradition de l'époque et que l'on peut retrouver sur les facades de certains hotels du quartier. 

En direction de la rue Saint Merry, jetez un coup d'oeil au numéro 2, vous y decouvrirez un trompe l’œil sculpté figurant des têtes d'anges. Au numéro 12 , la facade de l'hotel le Rebours fait apparaitre un mascaron figurant une tête d'ange ou de femme entouré d'un cartouche dans un style Rocaille LXV.

L'église Saint Merry, à proximité, est un très ancien sanctuaire crée dans un style gothique. Notez le coeur de la chaire avec son décor baroque, ses anges ainsi que l'archange Gabriel. Saint Merry reste aujourdhui une paroisse très dynamique accueillant régulièrement des expositions. Ainsi à l'occasion des Nuits Blanches (édition 2008), elle avait accueilli une exposition "gare aux anges" qui avait ravi le public des hotels alentours, ainsi que les habitués lors de l'occupation de l'Eglise par des "sans papiers".

En direction de la Seine, rendez vous à l'Eglise Saint Gervais - Saint Protée  sur la Place saint Gervais. Elle fut achevée au 17ème siècle et contient les plus anciens orgues de Paris (dynastie des Couperins) et présente d'exceptionnels vitraux modernes aux thèmes bibliques  figurant anges, angelots, vierge, archange Gabriel.... C'est un site à ne pas manquer à proximité immédiate de l'actuelle Place de l'Hotel de ville. Le Monceau Saint Gervais désignait un fief dont les limites sont mal connues mais qui englobait les 2 eglises Saint Jean (à l'emplacement de l'actuel Hotel de ville) et Saint Gervais. (Peu d'hotels particuliers dans ce secteur mais quelques ruelles de type moyenageux).

Hôtel de Sens, Rue du Figuier 75004

Poursuivant votre chemin vers la rue Saint Antoine, vous rejoindrez  l'Eglise Saint Paul Saint Pierre. Elle trouve ses fondements dans l'ordre des Jésuites. C'est le cardinal Charles de Bourbon, oncle du Roi Henri IV qui fit don aux jésuites en 1580 de l'Hotel de Rochepot, dit Hotel de Damville, situé à l'emplacement de l'actuelle eglise.
 
Parmi les chefs - d'oeuvres se trouvait le monument du coeur de Louis XIV - deux anges en argent tenaient un coeur couronné, commandé par le Regent au sculpteur coustou ainsi que le Monument de coeur de Louis XIII. Il était composé de deux anges en argent et vermeil tenant d'une main un vase en forme de coeur et de l'autre une couronne. Les deux anges des deux monuments furent fondus en 1806 pour réaliser "la Paix" actuellement au  Louvre.
 
Un peu plus loin, le "Temple du Marais", situé 17 rue saint Antoine, fut bati par François Mansart sur le modèle du Panthéon de Rome en 1632. Avant de devenir un temple protestant, cet édifice était l'ancienne église Sainte-Marie des Anges, dédiée à l'ordre religieux des visitandines. A cet emplacement se dressait au 14ème siècle l'Hotel de Culdoe, cet Hotel a appartenu à Diane de Poitier, maitresse de Henri II.

En admirant la facade actuelle du Temple, vous admirerez les statues de la Charité (à droite) et de la Religion (à gauche), influencées par Michel-Ange et refaite au 19ème siècle. Au dessus du fronton est percée une rose agrémentée d'une tête d'ange. Le style du portail est proche de celui de l'Hotel de Chalons-Luxembourg (26 rue Geoffroy l'asnier).
 
Enfin, à proximité immédiate, ne manquez pas l'hotel de Mayenne, construit entre cour et jardin dans un style très proche des hotels de la Place des Vosges, devenu le groupe scolaire Francs-Bourgeois et où s'activent dorénavant d'autres petites têtes d'anges ou démons... Vous l'aurez compris, le Marais regorge de figures d'anges, souvent bienfaisant, de temps en temps menaçant, que vous vous ferez un plaisir de rencontrer au détour d'une ruelle sur les facades des hotels, des édifices religieux ou civil ou tout simplement dans la rue...

© parismarais.com - Arnaud Sellier – Photos Pascal Fonquernie et Rosemary Flannery

RESERVEZ VOTRE HOTEL AU MEILLEUR PRIX Hôtels du Marais

http://www.parismarais.com/fr/hotels-du-marais/hotels-de-caractere/grand-hotel-malher.html